Sublimation

« Mais alors, c’est comme si tu habitais chez elle ?!
– Oui, je sais… Je pense que c’était dû à la différence de salaire, même si elle ne voulait jamais que cela rentre en ligne de compte dans notre quotidien. »

Depuis que je n’ai plus écrit.

Tout a commencé quand je me suis rendu compte que j’étais amoureuse. Amoureuse d’une autre femme. Sans m’être dit une seule fois que c’était fini, sans lui avoir dit une seule fois que cela ne pouvait plus continuer. Douze ans. Je suis tombée amoureuse très, très fort, comme une adolescente. C’était une catastrophe. Et des gloussements de bonheur et des tourments et des nuits sans sommeil et une perte de conscience du temps et des autres telle que j’avais la sensation de flotter tout le temps. Comme si mon coeur s’étirait, s’étirait pour embrasser toutes mes amours, et que les contours de ma vie devenaient flous, et que je ne remontais plus jamais à la surface pour ôter mon masque. Tout en moi s’est élargi.

Dans mon souvenir, il n’y a pas eu de discussion. J’ai avoué. On m’a demandé de choisir. J’ai refusé d’abandonner. C’était stéréotypique, binaire, et très violent. Depuis, j’ai déménagé deux fois.

Mon envie d’écrire s’éveille de nouveau depuis une ou deux semaines. C’est possible, c’est possible de l’écrire !